Jean NAVARRE

Pilote -Aviateur de la Grande Guerre de 14-18

"La sentinelle de Verdun"

 

Notez une nouvelle adresse pour ce site: http://www.navarre-jean.com. Il y a plus de pages

 
Accueil   Sa vie   Ses avions   Ses victoires   Adversaires   Anecdotes   Témoignages  Bibliographie
 

Nungesser et Roland Garros

John Irving

Citations

 
 

" Il avait un courage qui ne peut être comparé qu'à celui de Guynemer ou de Nungesser et l'habileté de Fonck. La plupart ignorent le travail fantastique qu'il accomplit à Verdun. Il possédait une générosité spontanée et même une délicatesse naturelle de sentiments que seuls ceux qui le connurent de prés pouvaient apprécier"

Capitaine P. de Bernis, son chef d'escadrille.

"NAVARRE sentinelle de Verdun " de Jacques Mortane.

 
           
  "Navarre, dans les airs, est un phénomène, un prodige : il est le père de différents mouvements dits " acrobaties " qu'il a toujours étudiés en vue du combat….. Je garde au cœur une grande admiration pour le combattant, je garde une grande reconnaissance pour l'ardeur, l'exactitude et la bonne humeur qu'il a toujours apportées à l'exécution de toutes les missions aériennes que je lui ai confiées, et enfin un profond étonnement de son adresse et de sa virtuosité "Capitaine de Saint Sauveur, ancien chef de son escadrille. " NAVARRE sentinelle de Verdun " Jacques Mortane.

"Navarre que l'on crut mon rival, fut surtout mon ami, c'est lui qui lança un des premiers, avec ce brave Guynemer, la chasse en monoplace. J'ai toujours eu une profonde admiration pour lui que je considère d'une toute première classe, tant au point de vue évolution qu'au point de vue précision de tir "

 
  Charles Nungesser (43 victoires). " NAVARRE sentinelle de Verdun "

"J'ai vu" du 22 avril 1916

 
    Retour en haut de page

 

 
  " S'il ne se tue pas, il nous dépassera tous "

 
  Roland Garros. Histoire et généalogie de la famille Navarre de Tartas (Landes)  
         
  " Le plus merveilleux des pilotes de la guerre, le premier virtuose du combat aérien. Avant tout, le plus grand nom de la plus belle page de gloire de l'aviation française : Verdun "    
  Pelletier-Doisy, pilote et ami de Jean.   
 

Pelletier-Doisy est à gauche sur la photo, au dessus de la croix 

 
  " Il était généreux : toutes les fois qu'il se battait en compagnie d'un autre il lui " donnait " l'avion qui était abattu, sauf si cet avion tombait dans nos lignes, ce qui était rare ! "  
         
  " La générosité de Jean Navarre se manifestait aussi au cours des  
  combats. Avant l'enfer de Verdun, il manœuvrait et tirait de façon à   
  obliger l'avion ennemi à atterrir. Ce résultat obtenu, il se posait prés

"J'ai vu" du 11 mars 1916

 
  de lui, prenait l'équipage sous sa protection, allant même jusqu'à l'inviter à sa table. S'il y avait un mort, il lui faisait assurer une sépulture décente. "  
  René Fisch, pilote de chasse à la N 23, escadrille basée à Vadelaincourt. " Le fanatique de l'aviation " N°141 - 1981  
           
  " C'était un camarade extraordinaire, très aimé de tous. Doué d'un sens inné du vol, il alliait la virtuosité et le cran de Nungesser à l'adresse de Fonck. Pour lui permettre d'exercer cette adresse, on plaçait une bouteille au milieu du terrain. Il piquait dessus comme un épervier pique sur sa proie et arrivé à 100 mètres du " but " lâchait sa rafale… 10 balles au plus ; la bouteille volait en éclats. Il procédait de la même façon lors de l'attaque d'un ennemi, ce qui diminuait pour lui les risques d'être atteint ".  
  René Fisch, pilote de chasse à la N 23

Navarre dans son Morane MS N

 
           
  " … Désintéressé, ne cherchant pas l'homologation, il effectuait quelques fois neuf heures de vol par jour pour la joie de foncer sur l'adversaire et de le descendre… Il avait un cœur d'or et on l'a vu se dépouiller, à Verdun, de ses vêtements pour les donner aux poilus. "  
  Capitaine Georges Madon (41 victoires). " Le fanatique de l'aviation " N° 141 août 81.  
           
 

"Jamais en atterrissant, Navarre n'a dit : " J'en ai abattu un ". Tout au plus, consentait-il à dire : " Je me suis battu " et invariablement, le coup de téléphone annonçant la chute de l'avion ennemi arrivait peu après. Il est permis de regretter que Navarre ne figure pas au palmarès avec toutes ses victoires qui, cependant, ont été confirmées à l'escadrille. A Verdun, il était de règle de ne compter à Navarre que les avions abattus dans les lignes françaises"

Lieutenant de Marolles. " Le fanatique de l'aviation " N° 141 août 1981.

Jean se préparant au combat. Photo: Collection Benard Marcin

 
         
  " Je lui parlai de l' " as des as " de la première Guerre Mondiale, le français Jean Marie Navarre, qui jurait qu'il détestait tuer. Navarre jouait les saltimbanques ; quand il ne pouvait pas repérer d'avions allemands, il faisait des acrobaties pour distraire les poilus dans les tranchées. Il a livré plus de deux cent cinquante " combats singuliers " au dessus de Verdun, et en mai 1916 il a abattu douze avions allemands. Blessé peu de temps après, il a passé le reste de la guerre d'hôpital en hôpital. Son caractère tourna à l'aigre ; son frère mourut ; il prit de fréquentes " permissions de convalescence " - fêtard impénitent, il portait un bas de soie en guise de couvre-chef. On dit qu'à Paris il pourchassa un gendarme sur un trottoir avec sa voiture. Il survécut tout de même à la guerre, mais pour mourir un an plus tard, au cours d'un vol acrobatique - il essayait de passer en avion sous l'Arc de triomphe."  
  John IRVING dans son livre "Un mariage poids moyen"                                                     Retour en haut de page  
           
  " Dans la région de l'Aisne, un autre aviateur allemand a été abattu, à coups de fusil par l'aviateur Navarre "  
  " La Ferté-Gaucher et ses environs à la Belle époque " 2 avril 1915  
           
 

"Le jeune héros que Jouy est fier d'avoir vu naître sur son territoire, l'adjudant Jean Navarre, vient encore d'abattre un avion boche, le septième depuis qu'il s'est engagé dans ce genre de guerre. De plus, par l'intermédiaire de son attaché militaire à Paris, son Altesse Impériale, le grand-duc Alexandre, chef du service aéronautique russe, a prié le général de Castelnau, de présenter à l'aviateur Navarre, ses félicitations et celles des aviateurs russes pour les exploits de leurs confrères français. "  

 " La Croix de Seine et Marne " du 26 mars 1916. " La Ferté-Gaucher et ses environs à la Belle époque " de René-Charles Plancke

 
     

Morane-Saulnier MS N

 
         
  Citations   Retour en haut de page  
         
  La médaille militaire lui est accordée le 8 avril  1915 avec le motif suivant :  "NAVARRE Jean, sergent pilote à l'escadrille M.S 12, pilote d'une adresse et d'une audace remarquable ; a livré bataille dans la même semaine à deux avions ennemis, les a rejoints et abordés à quelques mètres, malgré les tirs de leur passager. A forcé l'un d'eux à atterrir dans nos lignes et a ainsi permis de faire prisonniers le pilote et le passager, touchés par les balles de l'observateur " Archives S.H.A.A  
           
  Les premiers essais de destruction de drachens au moyen de balles incendiaires lui valurent la citation suivante :  
  " Jean NAVARRE, sergent pilote et lieutenant observateur Jean Moinier, escadrille M.S 12 : ont donné la mesure de leur audace en attaquant à très faible distance un drachen-ballon, malgré un feu violent des canons spéciaux ennemis. Ont eu, au cours de leur vol, leur avion sérieusement atteint par les projectiles ennemis " Archives S.H.A.A  
           
  Il reçoit la Légion d'Honneur à la suite de sa troisième mission spéciale, accomplie le 19 juillet 1915 :  
  " Chevalier de la Légion d'Honneur -pour prendre rang du 2 août 1915- adjudant Navarre, de l'escadrille M.S 12. Pilote remarquablement dévoué et adroit, a livré plusieurs combats aériens dont l'un d'eux a permis de capturer deux officiers et un avion ennemi. Volontaire pour toutes les missions délicates, a exécuté avec un plein succès trois missions spéciales particulièrement périlleuses " Archives S.H.A.A  
           
  Le 26 octobre 1915 il abat un avion. D'où la citation du 6 décembre 1915 :  
  " Le 26 octobre, a pris en chasse un avion ennemi, a essuyé sans répondre, à courte distance, le feu de son adversaire qui a tiré sur lui plus de cent cartouches ; l'a attaqué à moins de cinquante mètres, atteint de plusieurs balles et forcé d'atterrir dans nos lignes. S'est posé près de lui et a capturé l'équipage allemand. " Archives S.H.A.A  
           
  " Aujourd'hui, dans la région de Verdun, l'aviateur Navarre, sur avion monoplace, a abattu à coups de mitrailleuse deux avions allemands, ce qui porte à cinq le nombre des avions ennemis abattus par ce pilote. Les appareils ennemis sont tombés dans nos lignes. Deux des aviateurs qui les montaient ont été tués, les deux autres ont été faits prisonniers. "  
  Communiqué officiel du 26 février 1916  
           
  A Verdun, ses exploits lui valent les honneurs des communiqués du 26 avril et du 20 mai 1916 :  
  " Le sous-lieutenant NAVARRE abat un avion allemand qui tombe dans les lignes ennemies prés de Vauquois et est détruit par notre canon. C'est la neuvième victoire de ce pilote "  
  " Le sous-lieutenant NAVARRE abat son onzième avion qui tombe dans nos lignes à Chattancourt. Les deux officiers qui montaient l'avion sont prisonniers " Archives S.H.A.A  
           
           
  Retour en haut de page        
           
           
  Retour à la page d'accueil